CURIOSITY: 3000 JOURS SUR MARS

Alors que tous les regards se portent vers la sonde spatiale de la mission Mars 2020, c’est un jour particulier pour le rover Curiosity qui fête aujourd’hui son 3000ème jour martien depuis son atterrissage dans le cratère de Gale. A moins d’un mois de l’arrivée sur Mars de son successeur Persévérance, nous profitons de ce jour spécial pour revenir sur cette mission qui a marqué la naissance d’une nouvelle génération de rovers martiens.

Alors que tous les regards se portent vers la sonde spatiale de la mission Mars 2020, c’est un jour particulier pour le rover Curiosity qui fête aujourd’hui son 3000ème jour martien depuis son atterrissage dans le cratère de Gale. A moins d’un mois de l’arrivée sur Mars de son successeur Persévérance, nous profitons de ce jour spécial pour revenir sur cette mission qui a marqué la naissance d’une nouvelle génération de rovers martiens.

Lancement de la mission MSL
Le 26 novembre 2011, la fusée Atlas V décolle de Cap Canaveral avec à son bord le rover Curiosity. Le robot de la taille d'une voiture et équipé d'une dizaine d'instruments scientifiques parcourt la surface de Mars depuis 2012 à la recherche de traces de vie.

Curiosity: à la recherche de la vie sur Mars​

Lancée depuis Cap Canaveral en novembre 2011, la mission Mars Science Laboratory (MSL), plus connue sous son surnom Curiosity, est un rover de près d’une tonne dont la mission principale est l’étude du climat et de la géologie martienne, notamment pour y rechercher des traces de vie primaire.

Pour cela, le robot de la taille d’une voiture et construit par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) emporte avec lui une batterie d’équipements scientifiques, la plus diverse et sophistiquée jamais envoyée sur Mars.

Le saviez-vous?

Les roues du rover Curiosity sont trouées par un motif qui inscrit dans le sable martien les lettres JPL en code morse, un clin d’oeil aux ingénieurs du laboratoire américain qui sert en fait de repère visuel sur les photos prises par Curiosity, permettant d’estimer les distances parcourues tout en améliorant l’adhérence du rover.

Détail des roues de Curiosity
Photo des roues de Curiosity. On y distingue les initiales "JPL", codées en morse.

Curiosity: le premier rover à propulsion nucléaire

Monté sur six roues à traction indépendante, le rover est propulsé à l’énergie atomique, contrairement à ses prédécesseurs qui utilisaient des panneaux solaires, une différence qui permet à cette nouvelle génération de survivre aux tempêtes de sable qui obscurcissent régulièrement la surface de Mars, comme celle ayant mis fin à la mission Opportunity en 2018.

Curiosity en 2011
Photo de Curiosity prise lors des tests de mobilité réalisés le 3 juin 2011. Le rover du Mars Science Laboratory pose à l'intérieur de l'atelier d'assemblage du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, en Californie.

Curiosity: un bijou d'ingénierie

Pour poser le rover sur Mars, les ingénieurs du JPL ont dû faire une croix sur le système d’airbags géants utilisé pour amortir l’atterrissage des sondes Pathfinder et Spirit, cinq fois plus légères que Curiosity, et ont imaginé une technique surnommée sky crane (grue volante). Freiné par huit rétrofusées, un module de descente à l’allure de soucoupe volante se stabilise à quelque mètres du sol en vol stationnaire, pour y actionner un système de grue et déposer sur le sol martien le robot de 900 kilos en douceur.

Cette opération spectaculaire achève une séquence complexe et entièrement automatisée de plusieurs minutes, aussi appelée par les ingénieurs les 7 minutes de terreur. Le 18 février prochain, les techniciens de la NASA retiendront de nouveau leur souffle quand Perseverance, suspendu à 8 mètres de câbles, effectuera la même acrobatie dans le ciel martien, avant d’entamer une mission pour une durée d’une année martienne, soit environ 668 « sols ».

Test des coussins gonflables (« Airbags ») de Mars Pathfinder.
Les ingénieurs testent les airbags de protection du vaisseau Mars Pathfinder avant qu'il n'impacte la surface de Mars. Les coussins gonflables mesurent approximativement 5 mètres de haut pour environ 5 mètres de diamètre. Pendant que Pathfinder plonge vers la surface martienne sous son parachute, un altimètre embarqué à l'intérieur de l'atterrisseur surveille sa distance par rapport au sol. L'ordinateur déclenche les airbags à environ 100 mètres au-dessus de la surface de Mars.

3000 couchers de soleil

Viking 2 lander (1976)
Le paysage martien vu par la sonde Viking 2 en 1976.
Poussière de Mars sur le rover Opportunity
Un autoportrait du rover Opportunity pris fin mars 2014 (photo de droite) montre que la majeure partie de la poussière qui couvrait les panneaux solaires a été balayée par un "dust devil" (photo de gauche prise en janvier 2014) . Quatre ans plus tard, une tempête de sable géante empêchera la recharge des batteries du rover et mettra fin à la mission en 2019.

Curiosity: déjà 3000 sols

Le mot sol, qui vient du terme latin soleil, définit un jour solaire sur Mars, c’est-à-dire l’intervalle de temps nécessaire pour que le soleil revienne à sa position initiale dans le ciel de la planète rouge. Aussi appelé “jour martien”, un sol dure 24 heures 39 minutes et 35 secondes, un petit écart avec nos jours terriens qui pose pourtant problème aux ingénieurs pour programmer à distance les rovers d’exploration à quelques millions de kilomètres de la Terre.

C’est avec l’arrivée des véhicules Vikings en 1976, que les scientifiques de la NASA ont utilisé pour la première fois les « jours martiens » pour établir un calendrier de mission, en comptant les sols à partir du touchdown, c’est-à-dire le moment précis de l’atterrissage de la sonde sur Mars. Depuis 2012, Curiosity a donc vu 3000 fois le soleil se coucher sur l’horizon bleuté et rocailleux de la planète rouge, une mission toujours active, mais encore loin d’égaler la longévité record du robot Opportunity qui a survécu 5351 sols avant de s’éteindre dans une tempête de sable géante après 15 ans d’activité.

Le premier vol motorisé extraterrestre

En cette date anniversaire, Curiosity arpente actuellement les abords du mont Sharp et a déjà parcouru 22 kilomètres, immortalisant grâce à ses photos panoramiques la magie des paysages martiens, parcourus des fameux dust devils, ces tourbillons de poussière que l’on retrouve aussi dans nos déserts terriens. 

L’arrivée prochaine de Perseverance doit ouvrir une nouvelle page de l’exploration martienne en déposant le petit hélicoptère, surnommé Ingenuity, un drone de reconnaissance de moins de deux kilos qui doit accomplir le premier vol motorisé extraterrestre – une performance technologique dans l’atmosphère fine de Mars – qui, on l’espère, nous offrira des images de notre voisine rouge encore plus spectaculaires.

Pierre-Henri Le Besnerais

Hélicoptère Ingenuity
Mars Helicopter Scout ou MHS ou Ingenuity est un petit hélicoptère pesant 1,8 kg et développé par l'agence spatiale américaine. L'engin, fixé au châssis de l'astromobile Perseverance, sera libéré une fois celui-ci arrivé sur le sol martien.
5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] le robot à quatre pattes sera équipé d’instruments scientifiques similaires à ceux des rovers Curiosity ou […]

[…] nord de la planète rouge. La sonde Tianwen-1 rejoindra donc les rovers américains Curiosity et Perseverance pour tenter de percer les mystères de notre voisine […]

[…] cet astre aux paysages familiers, une journée martienne (appelée sol) dure un peu plus de 24 heures, et la planète rouge tourne sur elle-même avec une inclinaison de […]

[…] 2018, un événement similaire a malheureusement mis fin à la mission d’Opportunity en privant le rover de sa source d’énergie, plongé dans l’obscurité pendant une tempête de […]

[…] coup d’envoi de cette mission qui s’étalera au minimum sur dix ans! En effet, le successeur de Curiosity est équipé d’une nouvelle foreuse à tête creuse qui doit permettre la récupération de […]

[…] sera fournie par un générateur thermoélectrique semblable à celui des rovers martiens Curiosity et Persévérance, et dont la dégradation naturelle du plutonium permet de générer de […]

[…] Sur le second étage du Starship, la forme sphérique de ces réservoirs auxiliaires (aussi appelés “header tanks”) permet de maintenir la pression nécessaire au rallumage des moteurs lors de l’atterrissage sur Terre et sur Mars. […]