Ajoutez votre titre ici

Mission Chang'e: La Chine part à la conquête de la Lune

L’agence spatiale nationale chinoise (ASNC) lance dans la soirée du 23 novembre sa nouvelle sonde d’exploration lunaire, Chang’e 5, une opération complexe et inédite pour la Chine.

Chang’e s’envole dans la Lune sous les yeux de son mari Houyi. Selon la légende très populaire, Chang’e aurait avalé à tort un élixir d’immortalité, et s’échappe vers la Lune d'où elle ne redescend plus.

Chang'e, déesse de la Lune

Pour rappel, l’ambitieux programme d’exploration lunaire Chinois, aussi appelé CLEP pour Chinese Lunar Exploration Program, est surnommé Chang’e du nom de la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise, un choix qui rappelle la mission Artémis. Par rapport à ses concurrents américains, l’agence spatiale chinoise est relativement jeune dans l’exploration spatiale, et compte donc sur la Lune pour rattraper son retard technologique, avec comme objectif final l’envoi de missions habitées d’ici 2030.

Le CLEP se compose de trois phases: une première phase de reconnaissance et de cartographie réalisée par les orbiteurs Chang’e 1 et 2, une phase d’exploration au sol menée par deux rovers “Yutu”, et une troisième phase de collecte d’échantillons qui devrait donc débuter ce mois ci.

Photo de la sonde Chang'e 4 sur le sol lunaire

Depuis le début du programme en 2007, la Chine a réalisé avec succès les deux premières étapes de son projet d’exploration lunaire, et s’est même faite remarquée en posant Yutu 2 sur la face cachée de la Lune, une grande première dans l’histoire de l’exploration de notre satellite.

Lancée par la fusée chinoise Long March, la sonde Chang’e 5 marque donc le début de la troisième phase du programme, et doit prélever 2 kilogrammes d’échantillons de roches lunaires pour les rapporter sur Terre d’ici la fin de l’année.

Maquette de la sonde Luna 16 exposée au Musée mémorial de l'astronautique à Moscou
0
étages pour une sonde

Composée de 4 étages, le vaisseau de 8 tonnes utilisera un module de service pour faire le voyage entre la Terre et la Lune, un atterrisseur pour se poser à la surface de notre satellite, un étage pour remonter les échantillons de roches sur l’orbite lunaire, et une capsule chargée de ramener la précieuse cargaison sur Terre en décembre.

En comparaison, il y a cinquante ans les soviétiques ramenaient sur Terre leurs premiers échantillons lunaires grâce à Luna 16, un vaisseau plus simple composé de deux parties: un étage de descente chargé de se poser sur la Lune et un véhicule de retour chargé de ramener les échantillons.

Une opération de haute voltige

Chang’e 5 est donc une mission délicate selon les experts, car en plus de l’architecture complexe du véhicule, elle relève trois nouveaux défis technologiques inédits pour la Chine: collecter des échantillons, les amener en orbite lunaire pour un rendez-vous avec le véhicule de retour, et ramener intacts les prélèvements sur Terre.

Après son décollage, la sonde se posera dans l’océan des tempêtes, aussi appelée mer de la connaissance, une plaine de basalte habituée à recevoir de la visite, puisque les sondes spatiales Luna et Surveyor s’y sont déjà posées avant le module lunaire intrepid de la mission Apollo 12.

Les astronautes d'Apollo 12 rendent visite à la sonde américaine Surveyor 3 en 1969. Le module lunaire est visible en arrière plan.

Une nouvelle course à l'espace?

Si tout se passe comme prévu, la Chine répètera la même opération avec une copie de son vaisseau, nommée Chang’e 6, pour cette fois-ci prélever des échantillons de roches sur la face cachée de la Lune! L’agence spatiale chinoise affiche clairement ses ambitions, comme l’a rappelé l’an dernier son directeur, Zhang Kejian.

Schéma de l'architecture de la sonde Chang'e 5
« La Chine ambitionne de bâtir une station de recherche scientifique dans les régions du pôle sud de la Lune et de réaliser des missions lunaires habitées dans une dizaine d'années. »
Zhang Kejian
Directeur de l'agence spatiale nationale chinoise (ASNC)
L'ESA assistera la mission Chang'e lors du retour des échantillons

Avec cette prouesse technologique, la Chine suit les pas de la NASA et de la mission Artémis, dont le calendrier pourrait être compromis suite au résultat des dernières élections, et on peut aujourd’hui se demander laquelle des deux agences spatiales retournera sur la Lune au terme de cette nouvelle course à l’espace!

Pierre-Henri Le Besnerais

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] le succès incontestable de son programme d’exploration lunaire et des missions robotisées Chang’e, l’agence spatiale chinoise est encore jeune et la Chine veut profiter de sa future station […]

[…] par le fameux “bip-bip” du premier satellite artificiel motive l’URSS à partir à la conquête de la Lune. Les dirigeants communistes qui souhaitent faire de l’astronautique soviétique le pilier de […]

[…] terrestre en janvier 2012. Malgré cet incident, le succès des missions d’exploration lunaires Chang’e conforte les ambitions de la CNSA qui entame alors la construction de la première sonde […]

[…] les progrès techniques des missions de retour d’échantillons robotisées comme Chang’e, Mars présente de nombreuses différences avec notre satellite naturel. Tout d’abord, au plus […]

[…] lendemain du lancement de sa mission Chang’e 5, le secrétaire général de l’agence spatiale chinoise évoquait déjà le projet du lanceur […]

[…] L’oxygène produit servirait alors principalement à produire du carburant de fusée, mais pourrait aussi alimenter les astronautes en air respirable, en évitant les coûts astronomiques du transport de ces ressources vers la Lune. […]

[…] notamment à préparer les futurs expéditions à la surface de la Lune, où l’atterrisseur Chang’e 4 a récemment mesuré un taux de radiation deux fois supérieur à celui reçu à bord de […]