NEUTRON: la future falcon 9 de ROCKET LAB?

La semaine dernière, le CEO de Rocket Lab a publié sur internet un clip au ton décalé pour dévoiler son intention de construire une plus grosse fusée: la Neutron. À l’image de la Falcon 9, le successeur du micro lanceur Electron sera réutilisable et pourra même ravitailler la Station Spatiale Internationale, deux atouts qui placent l’entreprise de Peter Beck en bonne position pour concurrencer SpaceX!

Pas de tir de Rocket Lab
Vue aérienne du Rocket Lab Launch Complex 1 en Nouvelle Zélande. ©Rocket Lab

Rocket Lab, une entreprise néo-zélandaise

Fondée en 2006 par l’ingénieur néo-zélandais Peter Beck, Rocket Lab est un constructeur aérospatial américain privé qui s’est fait connaître en 2009 en devenant la première compagnie privée de l’hémisphère sud à envoyer une sonde dans l’espace. 

En 2017, le micro lanceur Electron, une fusée à deux étages de 18 mètres de long, décolle pour la première fois depuis la base de lancement construite sur la côte est de la péninsule de Mahia, en Nouvelle-Zélande. Depuis ses débuts, l’entreprise Rocket Lab a placé 97 satellites en orbite.

Lancement d'une fusée Electron
Décollage du micro-lanceur Electron depuis son pas de tir en Nouvelle-Zélande. ©Rocket Lab

Electron: un micro lanceur de 18 mètres

Depuis son vol inaugural, la fusée d’un mètre cinquante de diamètre a complété 17 lancements dont un échec l’été dernier lors de la mission surnommée “Pics or it didn’t happen”. Grâce à sa structure en fibres de carbone et à ses moteurs dont la quasi-totalité des pièces sont imprimées en 3D, Electron pèse près de douze tonnes et peut envoyer 225 kilogrammes en orbite basse. 
En cours de test depuis mars 2020, Rocket Lab travaille à la réutilisation du premier étage du micro-lanceur à l’aide d’un système de voile qui permettra à terme la récupération de l’étage inférieur par un hélicoptère.

Avec Neutron, Peter Beck "mange son chapeau"

Alors que Rocket Lab semblait s’installer sur le marché des lanceurs de nanosatellites, Peter Beck vient de révéler dans une vidéo au ton décalé que sa compagnie basée en Californie allait finalement faire quelque chose qu’il avait promis de ne pas faire: construire un plus gros lanceur. 

Sur les images, le CEO se met en scène en train de manger sa casquette dans un décor qui se révèle en fait être la coiffe de la future fusée: un lanceur moyen à deux étages nommé Neutron.

Peter Beck
Le CEO de Rocket Lab se met en scène non sans humour pour dévoiler son nouveau lanceur Neutron. ©Rocket Lab/Youtube
“Il y a quelque chose que l’on avait dit ne jamais vouloir faire. Mais nous allons construire une grosse fusée. Elle s’appelle Neutron, et derrière moi, ça n’est que sa coiffe!”
Peter Beck
Fondateur de Rocket Lab

Neutron: huit tonnes de charge utile

La coiffe en question mesure 4,5 mètres de largeur et la fusée Neutron fera pas moins de 40 mètres de hauteur, soit plus du double de sa petite sœur Electron. D’après Peter Beck, la plupart des constellations sont composées de satellites de cinq à onze satellites pesant entre 500 et 700 kilogrammes chacun. 
Propulsée comme sa petite soeur Electron par un mélange d’oxygène liquide et de kérosène, Neutron pourra envoyer jusqu’à huit tonnes en orbite basse et sera donc un candidat idéal pour le marché des constellations de satellites en pleine croissance, à l’image du réseau Starlink déployé par SpaceX.

Caractéristiques de la fusée Neutron
La fusée Neutron aura une coiffe de 4,5 mètres de diamètres et sera capable d'emporter 8 tonnes de charge utile en orbite basse. Contrairement à Electron, le lanceur décollera depuis le Wallops Flight Facility situé en Virginie (USA). ©Rocket Lab
“C'est une machine dédiée au lancement des grandes constellations d’aujourd’hui et de demain. C’est un lanceur moyen d’une capacité de 8 tonnes, et bien sûr, il est réutilisable!”
Peter Beck
Fondateur de Rocket Lab
Peter Beck
Peter Beck pose devant la coiffe du futur lanceur moyen Neutron. ©Rocket Lab

Rocket Lab, futur rival de SpaceX?

En plus de s’attaquer au marché des constellations, le lanceur moyen de Rocket Lab sera donc réutilisable. Contrairement à Electron qui sera récupérée par hélicoptère, Neutron se posera sur une plateforme en mer après avoir rallumé ses moteurs pour freiner la descente du booster. En reprenant une méthode semblable à la Falcon 9, Rocket Lab ne semble donc pas intimidé par la concurrence d’Elon Musk. 

Bien au contraire, selon son CEO, Neutron pourrait d’ailleurs servir un jour au ravitaillement de la Station Spatiale Internationale, un atout de plus qui confirme les ambitions de Peter Beck face au géant SpaceX.

Un premier vol pour 2024

Après un premier vol test planifié pour 2024, Rocket Lab et leur nouvelle fusée pourront prendre en charge 98% des satellites prévus pour être lancés d’ici 2029. Selon Peter Beck, Neutron sera même capable d’effectuer des vols habités et pourra envoyer 2 tonnes de charge utile vers la Lune ou encore une tonne et demie vers Vénus et Mars!

Pierre-Henri Le Besnerais

Comparaison Falcon 9 vs Neutron
Sur ce document, l'illustration de droite permet de comparer les deux lanceurs néo-zélandais Electron et Neutron à la fusée Falcon 9 de SpaceX. ©Rocket Lab

Pour ne rien manquer de l’actualité spatiale, rejoignez-nous sur YouTube et sur Instagram où vous attendent des stories inédites (Tous les lancements, SpaceX, Mars 2020, CNSA, l’ISS…) et son « calendrier spatial » qui revient sur les dates marquantes de l’histoire de la conquête spatiale!

4.5 11 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Le Cafe de L'Espace

Super article sur Rocket Lab !

Ibrahima Diallo

Très bon aricle

Louis d'Antares

Merci pour ce bon article ! Agréable à lire

[…] jusqu’à une demie tonne de charge utile en orbite basse. Tout comme sa future concurrente Electron, la fusée allemande utilisera elle aussi plusieurs composants imprimés en […]

[…] Face au succès de SpaceX et de leur Falcon 9, de plus en plus de constructeurs se lancent dans la conception de fusées propulsées par un booster réutilisable, à l’image de Rocket Lab et de l’annonce récente du développement de leur fusée Neutron.  […]

[…] essentielle pour assurer le retour sur Terre des étages réutilisables comme ceux de la Falcon 9 ou du […]

[…] la start-up texane a choisi la fibre de carbone, un matériau à la fois léger et résistant que Rocket Lab utilise déjà pour son petit lanceur Electron. D’ailleurs, la fusée Alpha utilise elle aussi un […]