Artemis: qui sera la première femme à marcher sur la Lune?

Après la publication début décembre d’un rapport détaillant les objectifs scientifiques prioritaires des missions habitées de son programme d’exploration lunaire, la NASA a dévoilé les noms des 18 astronautes, dont neuf femmes, qui forment la “première génération Artemis”! 

18 astronautes sélectionnés

Pour rappel, l’Homme n’est pas retourné sur la Lune depuis 1972, et comme on l’a vu ensemble dans le dossier spécial consacré au programme Artémis, les Etats-Unis s’apprêtent à marquer l’histoire spatiale en amenant la première femme à la surface de notre satellite naturelle d’ici 2024, notamment pour y établir les bases d’une future colonie lunaire et préparer les premières missions habitées vers Mars.

C’est lors de la réunion du National Space Council qui s’est déroulée le 9 décembre dernier au Kennedy Space Center que le vice président Mike Pence a dévoilé les noms de 18 astronautes américains, dont neuf femmes sélectionnées par la NASA, en précisant que d’autres nationalités pourraient compléter la liste si besoin, parmi lesquels figurent peut-être le chanceux et la chanceuse qui nous feront revivre l’émotion des premiers pas de Neil Armstrong.

Mike Pence au Kennedy Space Center
Le vice-président américain Mike Pence lors de la réunion du Conseil national de l'espace au Kennedy Space Center (en Floride) le 9 décembre dernier.

Une équipe aux profils variés

Des neuf astronautes masculins retenus pour participer au programme Artémis, quatre seulement ont déjà effectué un séjour dans l’espace, en commençant par le commandant de la marine américaine Victor Glover, qui orbite actuellement autour de la Terre depuis son arrivée sur l’ISS à bord du vaisseau Crew Dragon de SpaceX dont je vous parlais dans le Journal de l’Espace #59. Parmi les trois autres chanceux ayant déjà goûté à l’ivresse de l’impesanteur, on trouve l’ex-chirurgien Kjell Lindgren, le capitaine de l’US Navy Scott Tingle, et l’enseignant en sciences Joseph Acaba, trois astronautes expérimentés qui cumulent ensemble plus de 600 jours passés en orbite!

Les 18 candidats pré-sélectionnés aux profils très variés rassemblent des géologues, des ingénieurs, des médecins ou encore des biologistes ou des pilotes, une longue liste de diplômes qui illustre bien la diversité des tâches à accomplir pour poser les bases d’une colonie lunaire dès 2024, une année qui devrait aussi nous permettre de voir la première femme de l’histoire à marcher sur la Lune!

L'astronaute américain Victor Glover sirote une poche d'eau tout en se familiarisant avec les systèmes et les procédures à bord de la Station Spatiale Internationale.
Kjell Lindgren
L'astronaute Kjell Lindgren découvre les fruits frais rapportés à bord de la station spatiale internationale par le cargo HTV-5 en août 2015

Neufs femmes extraordinaires

Tous les regards se tournent donc vers les candidates nominées le 9 décembre dernier par la NASA, 9 femmes au parcours extraordinaire parmi lesquelles figurent cinq favorites qui ont déjà une expérience dans l’espace. Dans cette liste, on retrouve l’astronaute chevronnée Christina Koch (en photo à droite) qui détient le record du plus long vol spatial féminin après avoir effectué plus de 5200 orbites à bord de l’ISS!

Pour rappel, l’astronaute américaine a aussi réalisé en 2019 la première sortie extravéhiculaire exclusivement féminine, accompagnée pendant 7h et 17 minutes de l’ex biologiste marine Jessica Meir, elle aussi retenue par la NASA pour participer au programme Artémis. Dans la liste des grandes favorites pour poser le pied sur la Lune, on trouve également Anne McClain (en photo à droite), une ancienne pilote d’hélicoptère qui cumule 204 jours passés dans l’espace, l’astronaute Kate Rubins actuellement en orbite dans l’ISS, et Stephanie Wilson qui a notamment participé à trois missions à bord de la navette spatiale américaine depuis qu’elle a rejoint les rangs de la NASA en 1996

L'astronaute Christina Koch
L'astronaute Christina Koch de retour après une sortie extravéhiculaire de 6h45 pour améliorer les capacités de stockage d'énergie de l'ISS.
Anne McClain
L'ingénieur de vol Anne McClain aux commandes du bras robotique de l'ISS pour s'entraîner aux manœuvres de capture des vaisseaux à arrimer à la station

"Pour faire des choses qui sont aussi complexes et difficiles que les vols spatiaux, vous devez avoir toutes les disciplines représentées pour faire le travail."
Christina-Koch
Christina Koch
Astronaute (NASA)
2

Artemis III: reposer le pied sur la Lune en 2024

On attend donc tous avec impatience les premiers essais du lanceur SLS et de sa capsule Orion, dont la mission Artemis I devrait décoller l’année prochaine, avant de pouvoir connaître les noms des deux équipages sélectionnés pour les vols habités Artemis II et III et enfin mettre un visage sur la femme qui marquera notre histoire en posant le pied sur la Lune d’ici quatre petites années!

Le programme Artemis
Les différentes étapes du programme Artemis
4.7 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] ans à peine après Spoutnik, l’URSS part donc à la conquête de la Lune, et lance plusieurs sondes au cours de l’année 1959. L’impacteur Luna 2 devient le premier […]

[…] une aide précieuse pour l’exploration lunaire, notamment dans le cadre du programme Artemis qui devrait permettre à l’Homme de retourner sur notre satellite naturel d’ici 2024 […]

[…] Pour tenter d’y remédier, l’expérience Immersive Exercice proposera à Thomas Pesquet d’enfiler un casque de réalité virtuelle. Synchronisées avec les pédales de son vélo, des images filmées à 360 degrés permettront à l’astronaute français de s’évader un instant pour visiter Paris et Marseille. À 400 000 kilomètres de la Terre, cette technologie sera essentielle pour booster le moral des astronautes d’Artemis. […]