SpaceX: Elon Musk achète deux plateformes pétrolières

Tandis que le vaisseau d’Elon Musk prépare son second vol test à 12 kilomètres d’altitude, l’engouement pour le programme spatial de SpaceX ne faiblit pas, puisque le multimilliardaire vient de s’offrir deux plateformes pétrolières offshore. Renommées Phobos et Deimos, elles devraient être aménagées et servir de future base de lancement pour le Starship.

Tandis que le vaisseau d’Elon Musk prépare son second vol test à 12 kilomètres d’altitude, l’engouement pour le programme spatial de SpaceX ne faiblit pas, puisque le multimilliardaire vient de s’offrir deux plateformes pétrolières offshore. Renommées Phobos et Deimos, elles devraient être aménagées et servir de future base de lancement pour le Starship.

Elon Musk pose devant les tunnels
Elon Musk en visite avec sa famille au méga tunnel Vegas Loop, construit par sa société The Boring Company. Avec ce projet, l'entrepreneur cherche à révolutionner le transport touristique de la "ville du pêché", en transportant les gens d'un bout à l'autre de la ville à l'aide de véhicules Tesla. ©Elon Musk (twitter)

Elon Musk: fondateur de SpaceX

Pour rappel, la Space Exploration Technologies Corporation, plus couramment appelée SpaceX, est une compagnie aérospatiale américaine fondée en 2002 par le milliardaire Elon Musk. Né à Pretoria, en Afrique du Sud, l’homme d’affaires de 49 ans s’est notamment fait connaître en envoyant dans l’espace un cabriolet électrique mis en orbite autour du soleil par la fusée Falcon Heavy et ses boosters réutilisables (pour revoir ce lancement un peu fou en vidéo, direction le JDE #55 en cliquant ici!).

Récemment installé au Texas, le fondateur de la compagnie Tesla a aussi créé The Boring Company, une boîte chargée de développer un réseau de tunnels pour désengorger les routes de Los Angeles. Bien que les automobilistes de la cité des anges passent plus de 100 heures par an dans les bouchons, ce ne sont pourtant pas les embouteillages qui ont poussé Elon Musk à quitter la Californie en décembre dernier.

Elon Musk inspecte la carcasse du prototype SN8 après le premier vol test effectué en décembre dernier.

SpaceX: Objectif Mars

En effet, le millionnaire canado-américain a dévoilé en 2016 l’ambitieux programme spatial de SpaceX, dont l’objectif est de faciliter une future colonisation de la planète Mars d’ici 2040, en développant un nouveau lanceur réutilisable ultra-lourd à deux étages: le vaisseau Starship et son booster Super Heavy

Pour construire sa nouvelle fusée, la compagnie SpaceX a choisi le Texas, à quelques kilomètres de la frontière mexicaine, où les prototypes sont assemblés à la chaîne sur le site de Boca Chica, avant d’être testés sur place. En se rapprochant du port spatial encore en chantier, le patron de SpaceX devrait bénéficier de la fiscalité avantageuse du Texas et pourra suivre plus facilement l’avancement du programme de développement du Starship.

Musk visite le SN8
Elon Musk rend visite au 8ème prototype du Starship, surnommé SN8, avant un premier vol test à 12 kilomètres d'altitude.
Elon Musk inspecte la carcasse du prototype SN8 après le premier vol test effectué en décembre dernier.

Starship: un projet audacieux

Si il y avait un mot pour définir le projet d’Elon Musk, c’est certainement l’audace, car rien ne semble trop grand pour SpaceX, à l’image des dimensions impressionnantes des premiers prototypes du vaisseau imaginé pour coloniser Mars. En effet, le Starship mesure une cinquantaine de mètres, une hauteur déjà conséquente, à laquelle viendra s’ajouter un booster géant de 70 mètres de haut pour le lancement. 

Surnommé la Super Heavy, la fusée propulsée par une trentaine de moteurs doit permettre la mise en orbite basse de pas moins de 100 tonnes de charge utile. Après le retour explosif d’un premier prototype en décembre dernier, le SN9 (le 9ème prototype de la série), se prépare actuellement pour un second vol à 12 kilomètres d’altitude, avec pour objectif de cette fois-ci réussir l’atterrissage manqué de son prédécesseur, le SN8.

FALCON 9

SUPER HEAVY

Photo de la plateforme Ocean Odyssey
Sea Launch est un service de mise en orbite de satellites créé en avril 1995. Le siège social de la compagnie était basé à Long Beach, en Californie. Les satellites sont envoyés en orbite géostationnaire depuis une plateforme mobile située dans l'océan Pacifique appelée « Odyssey » (ici en photo). À sa mise en faillite en 2009, Sea Launch avait lancé 30 satellites depuis sa création, avec deux échecs et un échec partiel. ©Sea Launch

Starship: vers un pas de tir flottant?

Après la publication d’une offre d’emploi recrutant des ouvriers pour la construction d’une plateforme de lancement offshore, Elon Musk a confirmé dans un tweet vouloir construire un pas de tir flottant pour envoyer son vaisseau Starship dans l’espace. Si le projet semble surprenant, il a pourtant déjà été réalisé à la fin des années 1990, lorsque la plateforme de forage offshore Ocean Odyssey a été convertie en pas de tir flottant pour lancer des fusées depuis l’Océan Pacifique. 

Par ailleurs, SpaceX utilise déjà une barge automatisée pour récupérer le booster de sa fusée Falcon 9 au large de la Floride. En se dotant d’une plateforme flottante pour accueillir son futur lanceur, SpaceX pourrait donc éviter d’endommager des installations vitales en cas d’accident, comme lors de l’atterrissage manqué du prototype SN8 en décembre dernier (pour revoir le vol explosif, direction le JDE #63 en cliquant ici!).

Photo de la plateforme Ocean Odyssey
Sea Launch est un service de mise en orbite de satellites créé en avril 1995. Le siège social de la compagnie était basé à Long Beach, en Californie. Les satellites sont envoyés en orbite géostationnaire depuis une plateforme mobile située dans l'océan Pacifique appelée « Odyssey » (ici en photo). À sa mise en faillite en 2009, Sea Launch avait lancé 30 satellites depuis sa création, avec deux échecs et un échec partiel. ©Sea Launch

SpaceX confirme ses ambitions

Situé à seulement 25 kilomètres du site de Boca Chica, le port de Brownsville, qui sert déjà de camp de base à de nombreuses plateformes pétrolières en activité dans le Golf du Mexique, accueille deux nouveaux arrivants aux surnoms atypiques. Renommées Deimos et Phobos, SpaceX vient en effet de débourser 7 millions de dollars afin d’acheter à l’entreprise Valaris deux plateformes quasiment identiques. S’il n’existe pour le moment aucun communiqué officiel confirmant les intentions de SpaceX avec cet achat, le nom donné en référence aux deux lunes de Mars laissent peu de doutes: les nombreux fans qui suivent le chantier de Boca Chica voient déjà les plateformes jumelles reconverties pour accueillir le futur Starship en pleine mer, comme dans cette vidéo de la chaîne SpaceXvision

Après l’explosion au sol du prototype SN8, on peut facilement imaginer les dégâts potentiels si le super booster de 70 mètres de haut devait subir le même sort en se posant au beau milieu des installations de Boca Chica. En pleine mer et loin de toutes habitations, les plateformes transformées en pas de tir devraient donc permettre à SpaceX d’affiner les technologies du Starship en toute sécurité.

 

SpaceX a acquis deux anciennes plateformes de forage pétrolier pour s'en servir comme ports spatiaux flottants. Nommés Phobos et Deimos (le nom des deux lunes de Mars), ils subissent actuellement des modifications pour permettre les futures opérations de lancement du vaisseau Starship. ©NASA Space Flight - Jack Beyer
Vue aérienne du site de Boca Chica
Vue aérienne du pas de tir et des installations du site de Boca Chica. Sur la photo, le Starship SN9 a obtenu le feu vert pour son lancement après une série de mises à feu statiques réussie. Son vol d'essai à 12,5 km d'altitude pourrait avoir lieu dans la soirée. ©NASA Space Flight
Starship Mars
Image d'artiste représentant le vaisseau Starship effectuant une entrée atmosphérique au dessus de Mars. Elon Musk espère envoyer une première mission sans équipage sur la planète rouge d'ici 2024. ©SpaceX

La pression monte pour le SN9

Pour espérer voir un jour SpaceX lancer une fusée depuis la mer, les infrastructures de Phobos et Deimos devront d’abord subir d’importantes modifications qui prendront du temps, et les plateformes ne seront probablement pas mises en service avant les premiers vols orbitaux du Starship. En attendant, SpaceX doit d’abord réussir à poser intact son Starship sur son pas de tir, un exploit que l’on espère voir cette semaine avec le prototype SN9 dont le vol semble imminent.

Pierre-Henri Le Besnerais

Starship Mars
Image d'artiste représentant le vaisseau Starship effectuant une entrée atmosphérique au dessus de Mars. Elon Musk espère envoyer une première mission sans équipage sur la planète rouge d'ici 2024. ©SpaceX
5 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] SpaceX a d’ailleurs de nouveau fait la une des médias récemment, après un second vol test du prototype Starship. Une fois assemblé à son booster Super Heavy, le second étage imaginé pour coloniser Mars […]

[…] son 24ème lancement de l’année, SpaceX a utilisé un booster ayant déjà volé trois fois, et la mission de ravitaillement a marqué le […]

[…] Contrairement à Electron qui sera récupérée par hélicoptère, Neutron se posera sur une plateforme en mer après avoir rallumé ses moteurs pour freiner la descente du booster. En reprenant une méthode […]

[…] au succès de SpaceX et de leur Falcon 9, de plus en plus de constructeurs se lancent dans la conception de fusées […]

[…] La mission Crew-2 qui emportera Thomas Pesquet sera donc le troisième vol habité de la capsule Crew Dragon et la seconde mission commerciale affrétée par SpaceX à destination de l’ISS. Pour l’occasion, l’astronaute français de 43 ans sera donc le premier européen à prendre place dans la capsule construite par l’entreprise d’Elon Musk!  […]

[…] surnommé Super Heavy, est quant à lui un booster géant de 70 mètres de hauteur. Développé à Boca Chica depuis 2018, le système imaginé par Elon Musk pour coloniser Mars sera entièrement […]