SPOT: EXPLORER MARS SUR QUATRE PATTES

Les scientifiques de la NASA testent en ce moment une variante du robot Spot développé par l’entreprise Boston Dynamics: équipé d’une nouvelle intelligence artificielle, le chien-robot s’entraîne à explorer de manière autonome les caves et les tunnels de Mars qui pourraient un jour abriter nos astronautes des radiations et des tempêtes de sable martiennes.

Spot, photographié par ©Becca Farsace (The Verge)

Les origines du projet

Fondée en 1992 dans le Massachusetts, la Boston Dynamics est une compagnie américaine spécialisée dans la robotique, créée par un ancien professeur du MIT: Marc Raibert. L’entreprise s’est notamment fait connaître grâce à ses robots aux allures futuristes inspirés des animaux comme BigDog®, Atlas® ou encore Handle®. Après plusieurs projets financés par l’armée américaine, Boston Dynamics s’est récemment lancée dans la commercialisation de robots connus pour leur architecture basée sur le biomimétisme. 

Un robot sortie de la série dystopique Black Mirror?

Spot, une création de l’entreprise américaine révélée il y a quelques années dans une vidéo virale, illustre parfaitement ce processus d’ingénierie s’inspirant du monde du vivant. Monté sur quatre pattes, le chien mécanique de 25 kilos impressionne par son agilité et donne des frissons aux fans de la série Black Mirror depuis la diffusion de l’épisode Metal Head.

Un robot multi-tâches

Depuis sa sortie, le chien-robot de la Boston Dynamics connaît un véritable succès. Vendu à quelques 75.000$, le robot offre de nombreuses possibilités dans des domaines variés: construction, livraison, sécurité, recherche et même télémédecine! En effet, en avril dernier, Spot s’est invité dans les couloirs du Brigham and women’s hospital, en banlieue de Boston, ou le robot équipé d’un iPad et d’une radio a permi aux soignants d’examiner à distance les malades, sans prendre le risque d’exposer les médecins au coronavirus.

Spot aide la télémédecine près de Boston.
L'entreprise Boston Dynamics envisage le développement de nouvelles variantes du robot Spot, notamment capable d'aider à la désinfection des hôpitaux, de prendre la température des patients ou de mesurer la fréquence cardiaque ainsi que la saturation en oxygène d'un malade.

Spot, repéré au Texas

3000 kilomètres plus au sud, sur la côte de Boca Chica au Texas, les fans de SpaceX ont découvert le chien mécanique Spot, émergeant d’un nuage d’azote liquide pour inspecter les installations après un test de pressurisation du SN7, un des prototypes du futur Starship d’Elon Musk.

Spot: déjà adopté par Elon Musk et SpaceX

En effet, sur le site internet de la compagnie Boston Dynamics, l’entreprise vante le potentiel du robot adopté par SpaceX, en citant notamment la possibilité d’utiliser le chien pour détecter des fuites sur un site dangereux, pour atteindre des zones difficiles d’accès, pour effectuer des observations thermiques ou encore pour scanner un environnement en 3D.

Entre deux inspections du pas de tir, Zeus (le surnom donné au robot texan) pourra même “recharger ses batteries” dans une niche à son nom! Une image qui inspire d’ailleurs les fans suivant le chantier de Boca Chica et qui imaginent déjà la mascotte de Boston Dynamics débarquer un jour du Starship pour explorer la surface de Mars.

Photo de la niche du robot Spot partagée sur Twitter par @Cooper_Hime. Renommé Zeus, l'engin à quatre pattes a été aperçu sur le site de SpaceX, inspectant le pas de tir après un essai de pressurisation d'un réservoir du futur Starship. ©Cooper_Hime (Twitter)

PERSEVERANCE

SPOT

Photo de deux robots "Au-Spot", une version du chien de Boston Dynamics modifiée par le Jet Propulsion Laboratory pour se déplacer de manière autonome. ©JPL - NASA

Au-Spot: un robot d’exploration autonome

Ce scénario ne sera peut-être bientôt plus de la science-fiction, puisque le 14 décembre dernier, les ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) ont présenté lors d’un congrès de géophysique le projet Mars Dogs, qui vise à utiliser une version modifiée du chien de la Boston Dynamics pour explorer la planète rouge. Rebaptisé Au-Spot (“Au” pour autonome), le robot à quatre pattes sera équipé d’instruments scientifiques similaires à ceux des rovers Curiosity ou Perseverance. 

Beaucoup plus léger, rapide et agile que les engins à roues conventionnels, Au-Spot est muni d’un logiciel d’intelligence artificielle pour explorer de manière autonome des zones où la communication avec les ingénieurs restés sur Terre sera impossible, comme par exemple le sous-sol martien.

Explorer le sous-sol martien

Les scientifiques s’intéressent notamment aux tunnels qui parcourent le sous-sol de notre voisine rouge. En effet, ces structures pourraient accueillir un jour une base en protégeant les astronautes des radiations, des tempêtes de sable ou encore des chutes de micro-météorites. A l’image des structures déjà observées à la surface de la Lune, la faible gravité martienne a permis la formation de larges cavités dans le sol martien, et les chercheurs de la NASA pensent que cet environnement souterrain cache peut-être les traces d’une vie microbienne. 

Voilà donc de quoi motiver les équipes qui travaillent sur Nebula, le nouveau projet d’intelligence artificielle du JPL qui pourrait un jour permettre à Spot d’explorer Mars en toute autonomie pour enfin percer les mystères de la planète rouge.

Pierre-Henri Le Besnerais

Les équipes de l'ESA s'entraînent déjà à explorer des tubes de lave similaires à ceux que l'on trouve sur la Lune ou sur Mars (photo prise sur l'île de Lanzarote). Ce travail de terrain est organisé dans le cadre du Pangaea, un entraînement spécial pour former les astronautes à la géologie. ©ESA–L. Ricci
Illustration d'une base martienne installée sous la surface ©National Geographic

Pour ne rien manquer de l’actualité spatiale, rejoignez-nous sur YouTube et sur Instagram où vous attendent des stories inédites (Tous les lancements, SpaceX, Mars 2020, CNSA, l’ISS…) et son “calendrier spatial” qui revient sur les dates marquantes de l’histoire de la conquête spatiale!